Diables rouges: "Espérons que Wilmots a vu ce que la sortie de Witsel a provoqué..."

Axel Witsel, considéré par beaucoup de fans belges comme indéboulonnable dans le onze de base de Marc Wilmots, ne dispose pas de la même considération auprès de certains autres observateurs. Les journalistes néerlandais Hugo Borst et Henk Spaan sont de ceux-là. Ce dimanche, au terme de la rencontre remportée de justesse par les Diables par aux Vikings norvégiens, nos deux collègues bataves ont salué le coaching du sélectionneur national, qui a provoqué une réaction en faisant entrer Marouane Fellaini à la place du médian du Zenit Saint-Pétersbourg.

« Comme les Pays-Bas en 2010… »

« Franchement, on a vu que cela va beaucoup plus vite lorsque De Bruyne et Hazard prennent les choses en main », dit le premier sur Sporza. « Au fil des matches, j’ai développé une certaine « antipathie » pour Witsel, qui joue dans la largeur ou en retrait, qui ralentit le jeu… De Bruyne et Hazard sont beaucoup plus dynamiques. Je sais que Witsel est l’un des chouchous du coach, mais peut-être ce dernier devrait-il envisager une autre solution. »

Un avis que partage Henk Spaan. « À partir du moment où Witsel est sorti, Eden Hazard s’est davantage impliqué dans le jeu et a sublimé les échanges, cela tournait mieux. Witsel se contente de délivrer des passes dans la largeur, à cinq ou six mètres. Mais avec son talent et ses énormes qualités, il doit pouvoir servir les avants et influencer davantage l’animation du jeu offensif. Je ne suis pas dans la tête de Wilmots, mais si tu regardes ce qu’il s’est passé après la sortie de Witsel, la conclusion n’est pas si difficile à tirer… »

« En 2010, les Pays-Bas jouaient également avec deux médians récupérateurs », enchaîne Spaan. « OK, ils avaient atteint la finale mais le niveau de jeu n’avait jamais provoqué beaucoup d’enthousiasme chez leurs supporters. »

Des doutes sur Wilmots

Wilmots, autre sujet de discussion pour Hugo Borst. « La Belgique fait partie des huit meilleures équipes de cet Euro, mais je ne m’y fierais pas pour désigner un vainqueur final. J’ai du mal avec ce coach. Voici deux ans, au Brésil, il n’avait pas réussi à obtenir le meilleur de son groupe, qui était meilleur que celui dont il dispose pour cet Euro français. »