Bruxelles: Sharky, un transgenre de 26 ans, tailladé par quatre extrémistes se revendiquant de Daesh

Après avoir fui son pays, la Tunisie en 2012, Sharky, un transgenre tunisien, espérait trouver un peu de quiétude en demandant l’asile dans la capitale belge. Née fille se revendiquant garçon, Sharky vivait une vie paisible comme ingénieur du son, comme l’explique le journal tunisien Kapitalis

Mais un jour, le jeune homme a été la proie de plusieurs extrémistes religieux qui se revendiquaient de Daesh et qui lui ont mené la vie dure. Au menu, des insultes, des menaces et un jour, un passage à l’acte. Poignardé pour ce qu’il représentait, il n’a pas été soutenu par son père.

Déçu de son attitude et craignant pour sa propre vie, il a décidé de fuir son pays vers la Belgique.

Très rapidement, Sharky s’installe à Schaerbeek, en région Bruxelloise et trouve un travail. Entouré de ses nouveaux amis, il profite d’une vie paisible malgré l’absence de sa famille.

Agressé en pleine rue

À plusieurs reprises, Sharky est de nouveau victime d’agressions physiques. « C’est déjà la sixième », déplore-t-il.

La plus récente a eu lieu ce 11 juin, vers 21h35. Le jeune homme a été poignardé par deux individus et a dû être hospitalisé. « C’étaient les mêmes personnes qui m’avaient agressé en Tunisie », nous explique-t-il par téléphone. «  Ils ont dit qu’ils n’attendaient qu’un ordre pour me décapiter. J’ai extrêmement peur pour ma vie. Après avoir été poignardé, j’ai essayé de marcher avant de m’effondrer par terre. C’est un jeune homme et une jeune femme qui m’ont trouvé inconscient et ont appelé l’ambulance et la police ».

Retrouvez l’intégralité de cet article dans La Capitale du mardi 14 juin.