Philippeville: convoqué au tribunal correctionnel pour avoir garé son auto sans plaques sur sa propriété!

Si les policiers devaient verbaliser tous les propriétaires de voitures dépourvues de plaques et visibles depuis la route, ils ne feraient plus que ça !

Dans cette histoire, Jacques Hazard (57 ans) s’estime harcelé par l’agent de quartier de Sart-en-Fagne : « Cette policière m’a pris en grippe. Elle ne cesse de me verbaliser dès qu’elle peut. » Comme le 28 septembre 2015, quand M. Hazard avait retiré les plaques d’immatriculation de sa Ford Mondeo qu’il avait garée contre sa maison. «  Elle était en panne, et j’avais besoin des plaques pour les mettre sur le véhicule de remplacement », explique le Philippevillain à la présidente du tribunal correctionnel de Dinant.

M. Hazard avait garé sa voiture sur sa propriété, à l’endroit du tas de sable recouvert par une bâche bleue (Photo : JLP)

« Je ne savais pas »

« Ça n’a duré que trois jours, le temps que j’obtienne les pièces pour réparer ma voiture.

Je ne savais pas qu’un véhicule sans signe d’immatriculation ne pouvait être visible depuis la voie publique. »

L’article 224 du Règlement Général de Police de Philippeville stipule « qu’à défaut des permis requis, le dépôt de mitrailles, décombres, pneus et véhicules hors d’usage visibles de tous points accessibles au public est interdit. »

M. Hazard n’en revient pas de se retrouver au tribunal pour « une telle bêtise ». Il refuse de payer l’amende de 75 € infligée par le sanctionnateur provincial, car il s’estime dans son bon droit.

Retrouvez plus de détails sur cette affaire dans La Nouvelle Gazette Entre-Sambre-et-Meuse de ce vendredi 17 juin 2016.