Tournai «On me rend les chargeurs, pas l’arme: aberrant»

« On me confisque la partie la plus inoffensive et on me rend les chargeurs…, là je ne comprends plus rien », avoue Michel Debailleul, suite au courrier qu’il vient de recevoir, directement de la justice, par recommandé. « Je pensais qu’on me réclamait le payement de l’amende, suite à ma condamnation par le tribunal correctionnel le 28 avril dernier. Mais non, on m’invite à venir récupérer les chargeurs de mes deux armes qui, elles, ont été confisquées, de même que la valisette qui contenait l’une d’elles ». Le Tournaisien avoue être tombé des nues… « Ces chargeurs fonctionnent avec n’importe quel pistolet 9 mm… Il aurait été plus logique de me rendre mon arme de collection, qui n’a d’ailleurs jamais servi, sans les chargeurs ».

Passionné d’histoire davantage que d’armes à feu, Michel Debailleul en possédait pourtant deux : la première, un Colt 357 Magnum qu’il utilisait pour pratiquer le tir sportif sur les conseils d’un ami ; la seconde, un pistolet 9mm GP Capitan, une arme commémorative à laquelle il accordait une valeur surtout sentimentale.

Découvrez l’article complet dans notre édition de ce samedi 25 juin.