Luc Eymael a la découverte du foot sud-africain à Polokwane

Luc Eymael continue son tour du monde. La semaine dernière, il a signé un contrat portant sur deux saisons avec le club sud-africain de Polokwane City, une ville de 120.000 habitants située à 300 kilomètres au nord-est de Johannesburg. Ce sera sa troisième expérience différente en à peine 9 mois. En novembre 2015, il signait au Sultanat d’Oman (Al-Nasr), découvrant pour la première fois le continent asiatique. Alors qu’il devait y achever la campagne, il quittait déjà son nouveau port d’attache fin décembre pour s’envoler vers le Soudan. « Une offre que je ne pouvais pas refuser, tant au niveau sportif que financier  », nous avait expliqué l’ancien entraîneur de Hamoir à l’époque.

Malheureusement, là aussi, l’expérience fut de courte durée. « Le président du club a fui le Soudan et l’ancien a repris les commandes, contraint et forcé par le président soudanais en personne, afin d’éviter un soulèvement populaire. Sportivement et financièrement, c’est devenu catastrophique. Trois des cinq étrangers ne sont pas revenus. Moi, ils me doivent encore deux mois et demi de salaire… »

Les propositions ne manquaient pas. « J’avais une autre opportunité en Afrique du Sud mais j’ai tardé à donner ma réponse. Le Qatar, l’Egypte (Zamalek) ou le Maroc étaient autant de possibilités. Même les Emirats Arabes en ce début de semaine, alors que j’avais déjà signé ici. »

Le voilà donc en Afrique du Sud. Après des passages au Congo (Vita Club), au Gabon (FC Missile), en Algérie (Oran), au Kenya (AFC Léopards), au Rwanda (Rayon sports), en Tunisie (JS Kairouanaise) et au Soudan (Al Merreikh), c’est donc un 8e pays africain que le technicien liégeois va découvrir. « En 2013, j’aurais déjà dû entraîner en Afrique du Sud. J’avais signé un pré-contrat avec les Orlando Pirates puis le deal a capoté. J’ai fait un bon choix car c’est le club africain le plus pro que je connaisse. J’ai un bureau à moi, une secrétaire, un ordinateur, des programmes vidéo…  »

Finalement, il a signé mercredi dernier et a pris les commandes de sa nouvelle phalange, qui avait repris les entraînements quelques jours plus tôt, le lendemain. « Nous avons deux stages de préparation de 10 jours avant la reprise du championnat, programmée fin août. Ma mission est de ramener cette équipe moyenne parmi les 8 premiers. »

Ce que n’avait pu faire son prédécesseur, le Brésilien Julio Leal…