Le meurtrier de la Hutoise Wendy tué dans sa cellule: il a été étouffé avec un oreiller par un autre détenu

«La mort naturelle est totalement exclue, tout comme le suicide», a annoncé le procureur Xavier Bonhomme, joint au téléphone par un correspondant de l’AFP.

Interpellé mardi 12 juillet, ce saint-martinois de 21 ans avait été placé en détention provisoire jeudi à Baie-Mahault, après avoir été présenté à un juge d’instruction qui l’avait mis en examen pour meurtre et viol avec arme. A la prison de Fond Sarail, il occupait sa cellule avec sept autres détenus.

«A l’appel des détenus de 7 heures, il a été retrouvé allongé sur son matelas au sol, totalement inanimé, mort par étouffement», a rapporté le procureur. Le meurtrier présumé de Wendy a été vraisemblablement étouffé dans la nuit avec un oreiller. Pour déterminer des causes exactes de sa mort, «une autopsie doit être réalisée ce lundi 18 juillet», a précisé Xavier Bonhomme. L’enquête criminelle a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Pointe-à-Pitre.

Samedi 9 juillet, en vacances en famille sur l’île de Saint-Martin, Wendy Montulet, 22 ans, avait disparu alors qu’elle était partie faire un footing, le long d’une route, dans le secteur de la Baie Nettlé, où elle séjournait avec sa famille.

Son corps avait été retrouvé non loin du lieu de sa disparition le lendemain dans un bosquet, entre la route et la plage. Il était dénudé et présentait de nombreuses traces de coups portés avec un objet tranchant. Entendu par les gendarmes de Saint-Martin lors de sa garde-à-vue, le meurtrier présumé avait dit avoir frappé à plusieurs reprises la victime lors de l’agression avec un morceau de verre trouvé au sol. Il avait également admis lui avoir infligé des violences sexuelles.