15.000 signatures contre le décret Robin des Bois

Ce décret met à contribution les écoles les plus favorisées pour fournir un meilleur encadrement aux écoles moins aisées.

A la veille du débat sur l’ajustement budgétaire au gouvernement francophone, les écoles libres relevant des diocèses de Bruxelles et du Brabant wallon ont rappelé leur opposition à cet “ autofinancement des écoles par les écoles ” portant sur 8 millions d’euros, et dont l’avenir divise l’Olivier.

Le cdH s’est dit favorable à la suppression du Robin des Bois en recourant à des marges disponibles, mais s’est attiré les foudres du PS et d’Ecolo. Ces partis jugent qu’il existe des priorités plus importantes dans la perspective de l’assainissement budgétaire et des revendications du monde enseignant.

Interrogée en marge d’une conférence de presse, la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet (cdH) a renvoyé au débat de jeudi. Elle s’est toutefois étonnée de constater que la pétition s’était rassemblée sur base géographique.

On ne cible pas certaines régions mais des situations objectives, sur base du constat que 20 % d’écoles scolarisent 80 % des publics défavorisés ”, a-t-elle commenté.

Pour Michel Hauchart (collège St-Etienne de Braine-l’Alleud), ce rassemblement géographique n’est dicté que par des questions de facilité d’organisation. En revanche, l’échevin de l’Enseignement de Waterloo Cédric Tumelaire (MR) a estimé que le décret nuisait à la réussite économique du Brabant wallon.