Voici les premiers mots de Bernard Wesphael: "J'espère que Victor sera convaincu, un jour, de mon innocence!"

«Je pense d’abord à Véronique, parce qu’elle n’est plus là et que c’est dur», a déclaré, très ému, Bernard Wesphael après avoir été acquitté du meurtre de son épouse par la cour d’assises du Hainaut. L’ex-député wallon a été escorté par son avocat et la sécurité pour sortir du bâtiment, où sa première réaction a été de retrouver sa fille, Saphia.

«Je pense aussi à Victor, que je considérais comme mon enfant. Je veux lui dire que je l’aime. Si un jour, il peut admettre que je ne suis pas l’auteur de cet acte, et je pense que ça a été prouvé aujourd’hui, qu’est-ce ça me ferait plaisir de le retrouver, de le serrer dans mes bras», a-t-il ajouté.

«Le parquet de Bruges a tout fait pour essayer de convaincre l’opinion publique que j’étais un salaud, un assassin ou un homme capable de poser ce genre de geste. Aujourd’hui, on voit bien que je suis un homme libre et respectueux des autres

«Je vais essayer de me reconstruire», conclut Bernard Wesphael. «Heureusement, je suis entouré, j’ai des amitiés fortes

Le jury, réuni en collège avec la cour, a délibéré durant un peu moins de cinq heures. Philippe Morandini lisait ensuite les motivations.

Le procès aura duré 12 jours.