Bernard Wesphael estime que «l’oralité des débats» l’a «sauvé»

«L’oralité des débats m’a sauvé car on a pu apporter quelques nuances à ce qui avait été écrit dans les procès-verbaux», a commenté Bernard Wesphael à la sortie de la salle d’audience de la cour d’assises du Hainaut, jeudi. L’homme politique a déclaré être un farouche partisan du maintien des cours d’assises. Plus tôt dans la journée, alors que le jury était en délibération, Me Jean-Philippe Mayence, son avocat, avait également défendu l’importance de l’oralité des débats, comme il l’a fait à plusieurs reprises durant le procès. «Pour un ardent défenseur de l’humanisme, être jugé par les siens est peut-être la meilleure des choses. C’est un formidable plaidoyer pour la justice populaire»