À Tournai, la médiation plutôt que d’en venir aux mains

Dès ce lundi 17 octobre, dans le cadre de la semaine de médiation, des actions seront menées dans l’entité pour promouvoir le dialogue entre personnes qui s’opposent. Et les cas de figure peuvent être nombreux.

Votre voisin fait du bruit et vous empêche de dormir ? Vous avez peur de jeunes qui occupent le trottoir de votre rue ? Votre propriétaire fait la sourde oreille quand vous lui parlez de réparations ? Depuis votre divorce, vous avez des difficultés à vous entendre avec votre ex sur les questions liées aux enfants ?

« Les raisons de vivre des situations tendues sont nombreuses », explique Yasmina Thiry, responsable du service de médiation, un service qui existe à Tournai depuis 2009, sous l’égide du SAIS. « Le SAIS était une idée de Roger Delcroix qui, à l’époque souhaitait calmer les esprits à la résidence Carbonnelle qui était considérée contre le petit Chicago de Tournai », se souvient le bourgmestre Paul-Olivier Delannois. Depuis, le calme relatif est évidemment revenu de ce quartier de Tournai.

Et les missions du SAIS se sont étendues. Le service de médiation a ainsi été créé en 2009. « Je suis régulièrement interpellé lors des permanences par des citoyens, qui font appel à moi comme si j’étais un juge de paix. C’est difficile pour moi, car souvent les gens attendent de moi que je règle leur problème. Ce qui est parfois difficile, voire impossible. La médiation est la voie médiane qui peut permettre de régler certaines choses ». D’où, selon Paul-Olivier Delannois, l’importance de la mission de SAIS de Tournai. « Nous proposons aux Tournaisiens confrontés à un conflit un accompagnement professionnel et gratuit leur permettant de trouver une solution à l’amiable. Et depuis 7 ans, les personnes qui ont essayé la méthode ont connu une nette amélioration dans leurs relations avec leurs voisins, leurs parents, leurs locataires », appuie Yasmina Thity.

Mais pour y parvenir, il faut le vouloir. « La médiation est une démarche volontaire et positive et que se fait en toute confidentialité et dans le respect de chacun ».

À Tournai, trois personnes composent le service de médiation : Céline Capoen, Magali Lucas et Benjamin Byache, des gens précisément formés à la médiation. « Le principe est que chacun puisse rentrer chez lui gagnant ! Il n’y a pas de méchant et de gentil. La médiation vaut mieux que de faire intervenir la police ou de se retrouver en opposition devant un juge de paix. L’entamer aide d’abord à calmer les tensions, elle permet de mettre des mots sur les émotions. Et souvent, après avoir pu parler, cette tension retombe déjà ». Sur une année, l’équipe du service de médiation de Tournai ouvre une moyenne de 90 dossiers. « Il y a des dossiers que l’on oriente, des dossiers pour lesquels une des deux parties ne souhaite pas de médiation et des dossiers dans lesquels on avance. Mais dans tous les cas, le démarrage d’une médiation permet de faire tomber la tension ». Alors, pourquoi ne pas tenter ?

A.D.

Toute personne, rencontrant un conflit et souhaitant lancer une médiation, peut rentrer en contact avec le service de médiation du SAIS de Tournai : 069/84.07.30, par mail à l’adresse mediation@tournai.be ou sur place au 3/7 de la rue Saint-Piat.