Meurtre de Bernard Deswijsen aux assises de Mons: «Je n’ai pas pu empêcher Jeffrey de le tuer», dit Ambre

Ambre était toxicomane à l’époque : « J’étais à la rue depuis mes 14 ans. Je buvais, je prenais de la drogue, je me prostituais. Personne ne m’a jamais tendu la main. Sauf Bernard Deswijsen qui m’a proposé de m’héberger. Je suis restée trois jours chez lui : il m’a parlé de sa famille, n’a pas eu le moindre geste déplacé à mon égard » dit-elle.

Le jour des faits, elle dit avoir croisé Jeffrey Miermont près de la friterie Robert. Il n’avait nulle part où aller. Or, on voulait consommer de la drogue. Il est venu avec moi chez Bernard. Ils ont discuté longtemps et puis Bernard m’a dit que Jeffrey devait partir. Mais j’avais peur de Jeffrey, il avait déjà été violent à mon égard, je ne savais pas comment faire. Et puis, je n’avais qu’une idée en tête : me faire mon injection de drogue. Je suis allée à la salle de bains pour me piquer. J’ai entendu des cris. Jeffrey voulait les clés de la voiture de Bernard pour aller chercher de la drogue à Charleroi. Quand j’ai quitté la salle de bains, il lui portait des coups. Il m’a demandé où se trouvaient les couteaux, je lui ai indiqué le tiroir de la cuisine, mais je ne pensais pas qu’il allait l’égorger… Il m’a obligée à lui porter un coup de couteau »

Elle ajoute : « je n’ai pas amené Jeffrey chez Bernard pour le tuer ni pour le voler… »