Drame sur l’A17 à Néchin: le conducteur fantôme a des antécédents d’alcoolémie et dit maintenant ne se souvenir de rien!

Coup de théâtre ce dimanche. Directement après le drame, le jeune homme à bord de la Mercedes avait indiqué avoir été victime de l’autre véhicule arrivé en sens inverse. Mais il s’est avéré que le conducteur fantôme, c’était bien lui ! L’homme qui a fait un demi-tour sur l’autoroute est originaire de Waregem et est à peine plus jeune que la victime décédée : il est né en 1988. Il a été arrêté et auditionné par la police dimanche matin après que plusieurs éléments ont remis son innocence en doute.

Il dit ne plus se souvenir

La position des deux véhicules sur l’accotement herbeux, tout d’abord. Selon le Parquet, la Skoda était dans le bon sens et le ML dans le sens inverse. Ensuite, le Parquet a recueilli les témoignages de deux autres personnes se trouvant dans un troisième véhicule. Elles avaient signalé aux forces de l’ordre la présence d’un véhicule fantôme. Il s’agissait du Mercedes ML qui avait entamé un demi-tour et une marche arrière sur l’autoroute. Les deux témoins l’ont évité de justesse, ont-ils raconté !

Ces éléments en main, la police s’est rendue chez le conducteur originaire de Waregem ce dimanche en fin de matinée. Il a été privé de liberté et auditionné par la police. S’il avait dit être victime d’un conducteur fantôme dans un premier temps, celui-ci déclare à présent ne se souvenir de rien !

Des antécédents d’alcoolémie

Si, dans la nuit, les forces de l’ordre l’avaient laissé partir après son témoignage mensonger, c’est parce qu’il devait être soigné de sa blessure à l’épaule et qu’il y avait également un problème de langue, l’homme ne s’exprimant qu’en néerlandais. Avant de le laisser filer, il avait été soumis à un éthylotest. Il présentait 0,72 mg d’alcool par litre d’air, ce qui correspond à 1,5 g d’alcool par litre de sang. « C’est comme s’il avait bu 5 bières coup sur coup, mais il ne présentait pas de signes d’ivresse », a précisé M. Bariseau, le substitut du procureur du roi de Tournai. Il s’avère que cet homme, né en 1988, aurait des antécédents d’alcoolémie : il aurait déjà été reçu positif à au moins un éthylotest auparavant. Le Parquet nous a également appris qu’il était chauffeur routier.

Après son audition, il a été relaxé. Il n’est donc actuellement plus sous mandat d’arrêt et est en liberté car « il ne présente pas de risque de récidive, ni de fuite », précise le Parquet.

L’homme est inculpé d’entrave méchante à la circulation et d’homicide involontaire. « Il risque gros, jusqu’à 30 ans de réclusion », a ajouté le Parquet.

Un expert désigné

Ce lundi matin, l’affaire a été mise à l’instruction et un expert a été désigné, lequel devra déterminer les circonstances exactes du drame.