Bruxelles: 25 ans que Teuta attend le procès des assassins de son père

La Cour d’assises de Bruxelles, où l’affaire doit être jugée ce lundi, devra toutefois se prononcer sur la régularité des citations à comparaître des accusés, envoyées en français alors qu’ils ne parlent pas cette langue.

Ce point soulevé par les avocats d’un des accusés pourrait provoquer le report de plusieurs mois de cette cour d’assise. «  C’est leur travail d’avocat. Je ne peux pas leur en vouloir mais il y a un moment où on ne peut plus s’échapper », nous a confié Teuta Hadri, fille de la victime.

Enver Hadri a été assassiné au volant de sa voiture, le 25 février 1990 à Saint-Gilles par des criminels de Belgrade mandatés par les services secrets de l’ex-Yougoslavie. « J’espère qu’ils ont autre chose que des vices de procédure pour défendre leur client », nous a commenté Teuta Hadri. Aucun des trois accusés, Veselin Vukotic, Bozidar Spacic et Andrija Draskovic, ne sera présent dans le box des accusés ce lundi. Seul Draskovic a pris la peine de se faire représenter par des avocats. « Je crois très fort aux forces motrices de la vérité. Même si les prévenus ne sont pas là. Le plus important c’est qu’il y ait enfin un procès et qu’on puisse expliquer ce qu’il s’est passé », nous a-t-elle expliqué.

Inrerview complète à lire dans La Capitale de ce lundi 7 novembre