Menu
Le journal du 06 février 2023 Je lis le journal
Je m'abonne
Se connecter S'abonner

Fief de Lambrechies à Quaregnon: Bruno Van Mol se bat pour que les derniers vestiges du charbonnage soient préservés

Faut-il débarrasser le terril du Fief de Lambrechies, à Quaregnon, des derniers vestiges en béton du charbonnage ? La commune, aidée par la Région wallonne, tient à les démolir, par précaution. Ce serait une erreur, défend Bruno Van Mol : le « séparateur cyclone », à tout le moins, mérite d’être préservé. Cet édifice, en forme de cône renversé géant, reste solide et sûr, assure-t-il, et surtout, il est unique en son genre.

Sur le territoire exigu de la commune de Quaregnon, ce ne sont pas les terrils qui manquent. Ils font souvent office, aujourd’hui, d’espaces verts et de lieux de promenade. C’est le cas du Fief de Lambrechies, situé rues de Lambrechies et du Bout de Là-Haut (à la limite de La Bouverie, derrière le nouveau centre commercial route Nationale). C’est en outre un lieu de mémoire : 57 mineurs y ont perdu la vie en mai 1934 -le charbonnage a fermé à la suite de cette catastrophe. Un modeste monument commémore ce drame au pied du terril.

Mais sur le terril aussi, la mémoire mérite d’être préservée, estime Bruno Van Mol ; mémoire industrielle cette fois. Cachés derrière un rideau de bouleaux, d’anciens bâtiments en béton armé du charbonnage sont toujours debout. La commune veut les abattre pour raisons de sécurité. Pour M. Van Mol, ce n’est pas nécessaire et ce serait même dommage: une partie de ces installations industrielles constitue un patrimoine unique.

Ce Quaregnonnais, ancien ingénieur des ponts et chaussées (il a percé une partie des tunnels des boulevards de Mons) est passionné d’histoire et de patrimoine industriel en particulier. L’objet de son attention au Fief de Lambrechies est l’ancien lavoir et surtout, le grand cône renversé qui le flanque.

Cette étrange bâtisse qu’on a parfois prise pour un château d’eau était en fait un « séparateur cyclone ». Une sorte de centrifugeuse géante où était traitée l’eau sale du lavoir à charbon, de manière à récupérer la poussière de charbon, plus vite que dans un classique bassin de décantation. Un dispositif unique en son genre dans le secteur minier. En outre son architecture très « années 30 », art déco, n’est pas dénuée de caractère, fait valoir Bruno Van Mol...

Plus de détails dans La Province de ce jeudi.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo
Retour en haut Actualités Régions Sport Vidéos Max Ciné-Télé-Revue Codes promos Podcasts Mobilité Consomalin Services Club des abonnés Concours 7Dimanche Liège Charleroi Mons Bruxelles Basse Meuse Brabant wallon Centre Huy Waremme Luxembourg Mouscron Namur Sambre Meuse Tournai Verviers Alertez-nous Nos archives Horoscope Météo Jeux info Trafic Nécrologie Annonces emploi Annonces auto Annonces immo Locations de vacances Shopping Bons plans Guide d'achat Codes promos Comparateur La boutique Gérer les cookies Gérer les notifications Inscription newsletter Concours Journée Découverte Entreprises Sudinfo sur Facebook Applications Sudinfo iPhone-iPad Application Sudinfo Android Nous contacter La société Sudinfo Créer un compte Sudinfo Les offres d'abonnement Sudinfo Le Groupe Rossel Rossel Advertising