Bruxelles: verdict bientôt connu pour l’assassinat d’Enver Hadri

Le jury doit parvenir à un verdict mardi concernant les trois accusés, qui n’étaient ni présents ni représentés. Le jury n’a eu droit qu’aux thèses du ministère public et de la partie civile qui, tous deux, réclament la condamnation des accusés.

Veselin Vukotic, Bozidar Spasic et Andrija Draskovic, trois hommes de nationalité serbe, sont accusés de l’assassinat d’Enver Hadri, commis le 25 février 1990 rue Saint-Bernard à Saint-Gilles.

Enver Hadri, qui était président du Comité pour la défense des droits de l’homme au Kosovo, vivait en Belgique depuis les années 1970. Le 25 février 1990 vers 16h30, il se trouvait au volant de sa voiture, arrêté devant un feu rouge, tandis qu’un autre véhicule s’était déplacé à sa hauteur. La vitre du passager de ce véhicule s’était abaissée et des coups de feu avaient été tirés, selon plusieurs témoins.

Enver Hadri, âgé de 49 ans, atteint d’une balle dans la tête, était décédé.

L’enquête, longue de plusieurs années, avait conclu qu’il s’était agi d’un assassinat politique, commandité par les services de renseignement d’ex-Yougoslavie, avec l’aide logistique de la pègre de Belgrade.

Veselin Vukotic et Andrija Draskovic sont accusés d’être deux des auteurs du crime (deux autres suspects, Andrija Lakonic et Darko Asanin, avaient été tués en 1990 et 1998 à Belgrade. Bozidar Spacic, lui, est accusé d’être l’un des commanditaires. Il était inspecteur principal au sein des services de renseignement fédéraux yougoslaves à l’époque des faits.

Les accusés sont tous absents au procès.