Namur: Chloé Henris, une étudiante en stylisme de 22 ans, a tapé dans l’œil de Dior

Chloé Henris, originaire de Belgrade, est passionnée de mode pratiquement depuis qu’elle est capable de parler.

« J’ai toujours dit à tout le monde que je voulais faire des vêtements, sans même savoir ce qu’était vraiment la mode. Je n’aimais pas forcément faire les magasins, mais je trouvais ça chouette de créer un vêtement. »

Ses parents se sont très vite faits à l’idée que leur petite fille ne suivrait pas des études « traditionnelles ». Mais ce n’est qu’après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires qu’elle a pu se rapprocher de son rêve. « Mes parents ont intégré depuis longtemps l’idée que je voulais me diriger vers des études de stylisme. Je pense que c’est plutôt si je ne l’avais pas fait, qu’ils n’auraient pas compris.

Ils étaient prêts psychologiquement, même si on sait que les débouchés sont peu nombreux. »

Retrouvez l’article en intégralité dans La Meuse Namur de ce jeudi 24 novembre