Le Peloton Anti-Banditisme de la police de Liège fête ses 40 ans (photos)

Le Peloton Anti-Banditisme de Liège (PAB) est né en 1976, suite au décès d’un policier de la brigade judiciaire de Liège, abattu alors qu’il intervenait sur un hold-up dans le quartier des Guillemins.

À l’époque, 11 volontaires composent ce peloton inspiré du célèbre SWAT de Los Angeles. Aujourd’hui, le service compte 31 inspecteurs, 2 inspecteurs principaux et 2 commissaires. Et la zone d’action du PAB s’est considérablement élargie : Seraing-Neupré, puis Flémalle et Herstal ont en effet maintenant rejoint le mouvement initié par Liège.

Le nombre de missions effectuées chaque année par le PAB a donc augmenté en conséquence. En 2015, les hommes du Peloton Anti-Banditisme ont ainsi effectué 1.883 missions d’intervention et d’assistance. Parmi celles-ci, 338 sur des personnes porteuses d’armes blanches et 195 pour des individus qui détenaient une arme à feu. Le PAB a également procédé au contrôle de 2.710 personnes et est intervenu à 11 reprises sur des faits impliquant des explosifs.

Mais ces missions d’intervention et d’assistance ne sont pas les seules auxquelles doivent participer les hommes du PAB. Il arrive en effet également qu’ils soient mandatés pour des missions planifiées.

En 2015, il y en a eu 120, dont 43 perquisitions et 32 transferts de détenus dangereux. Depuis cette année, le PAB s’est également doté d’une Quick Response Force (QRF), une équipe de quatre hommes qui a pour vocation d’intervenir en cas d’attaque terroriste sur le territoire de la métropole liégeoise. Des missions pour lesquelles ils sont évidemment équipés en conséquence : gilet pare-balles, casque balistique, masque anti-gaz, spray au poivre, bâton rétractable, pistolet semi-automatique 9 mm ou pistolets-mitrailleurs. Dans les mois à venir, ils disposeront également d’un taser.

Notre série sur le PAB

À partir de la semaine prochaine, découvrez dans votre journal une série de reportages sur le PAB. Nous les avons notamment accompagnés en patrouilles ou à l’entraînement. À lire dans La Meuse Liège !