Deux associations musulmanes dénoncent les contrôles abusifs des mosquées: Rudi Vervoort, ministre-président du gouvernement bruxellois, disposé à se faire leur intermédiaire auprès de Jan Jambon

L’UMRB et le PMB s’inquiètent de la multiplication des descentes de police – à savoir un à deux contrôle par semaine – depuis les attentats. Ces associations relèvent notamment dans leur courrier que « ces contrôles visent les aspects de droit social, de droit fiscal, ou encore de droit administratif des lieux de culte, alors même que la lutte contre le terrorisme doit être appréhendée sous l’angle du droit pénal général, et doit donc suivre la procédure prévue par le Code d’instruction criminelle, laquelle impose une supervision de l’enquête par le Pouvoir judiciaire ».

La brutalité de ces interventions ne font, selon ces associations, que renforcer les sentiments de haine et de rejet qui touchent la communauté. L’UMRB et le PMB critiquent les décisions de fermeture prises dans ce contexte.

Selon elles, ces mesures ne favorisent nullement le vivre-ensemble et la paix entre les communautés. Elles appellent les autorités publiques à ne pas se tromper de cible et à se recentrer sur la lutte contre le terrorisme.

Après les attentats de Paris et ceux de Bruxelles, l’Union et la Plateforme avaient publié des communiqués condamnant les attaques et exprimé leur soutien aux victimes. L’Union des mosquées de Bruxelles regroupe une trentaine de mosquées arabophones. (Belga)