“Il est urgent de dépénaliser les drogues”

“La lutte mondiale contre les drogues a échoué, avec des conséquences dévastatrices pour les individus et les sociétés du monde entier”, indique un rapport de la Global Commission on Drug Policy.

“Cinquante ans après la signature de la Convention de l’ONU sur les drogues et quarante ans après que le président (Richard) Nixon eut lancé la guerre antidrogue du gouvernement nord-américain, il est urgent de réformer les politiques nationales et mondiales de contrôle des drogues”, ajoute le document qui sera présenté jeudi à New York en présence de l’ancien président brésilien Fernando Henrique Cardoso.

L’ancien secrétaire général de l’ONU Kofi Annan et les anciens présidents de Colombie César Gaviria et du Mexique Ernesto Zedillo font aussi partie de la Commission mondiale sur la politique des drogues, tout comme les écrivains mexicain Carlos Fuentes et péruvien Mario Vargas Llosa.

Le rapport recommande de “mettre fin à la criminalisation, la marginalisation et la stigmatisation des personnes consommant des drogues mais qui ne causent pas de dommage aux autres”, en donnant la priorité à une approche “plus humaine” selon laquelle les personnes dépendantes sont considérées comme des patients et non comme des criminels.

“Les initiatives de décriminalisation n’aboutissent pas à une augmentation significative de la consommation de drogues”, rappelle le rapport, citant les exemple du Portugal, des Pays-Bas et d’une province australienne.

Le rapport préconise également “d’encourager l’expérimentation des gouvernements avec des modèles de régulation légale des drogues (en particulier le cannabis) afin de réduire le pouvoir de la criminalité organisée et protéger la santé et la sécurité de leurs citoyens”.

Selon des données de l’ONU, la consommation d’opiacés à augmenté de 35,5% entre 1998 et 2008, celle de cocaïne de 27% et celle de cannabis de 8,5%.