Match arrêté à Charleroi-Standard: les deux clubs convoqués aujourd’hui à l’Union belge, voici le point sur l’affaire

Ce mardi, suite aux incidents du 4 décembre, Charleroi et le Standard, déjà sanctionnés par la Pro League d’une amende de 50.000 euros, sont convoqués devant la chambre extraordinaire de la Commission des litiges, ce qui veut dire que tout appel devra être déposé devant la Cour belge d’arbitrage pour le Sport (CBAS). Si on se base sur l’article 1917, tant le Standard que Charleroi ont peu de chance d’éviter un score de forfait puisque le paragraphe trois stipule que « les points ne sont pas attribués si les incidents sont provoqués par aussi bien les supporters de l’équipe visitée que par les supporters de l’équipe visiteuse ».

Que reproche-t-on aux clubs ?

> Charleroi : le match a été arrêté à cause d’un Carolo

Alors que les supporters rouches s’étant fait remarquer précédemment par des jets d’objets divers visant Penneteau, semblaient calmés, l’idiotie a changé de camp à une vingtaine de minutes du terme du match. En effet, c’est Hubert qui a été pris pour cible par quelques énergumènes de la T4 de Charleroi. C’en était trop pour M. Gumienny, qui a appliqué le règlement en décrétant l’arrêt définitif du match.

> Standard : dix minutes d’interruption

Le Standard est convoqué devant la Commission des Litiges pour la première interruption de dix minutes du match à Charleroi. Après plusieurs jets de projectiles sur Penneteau, M. Gumienny renvoie alors les 22 acteurs au vestiaire pour une interruption de 10 minutes. Le coach Jankovic en profite pour demander aux supporters de se calmer. Une fois le match repris, les supporters du Standard ne se font plus remarquer.

Que risquent-ils ?

> Charleroi risque un huis clos et une amende

La Ligue a déjà frappé en punissant le matricule 22 à hauteur de 50.000 euros. Au minimum, le Parquet fédéral réclamera ce jour une nouvelle peine financière à l’encontre du RCSC. Et puis, il sera aussi sans doute question de huis clos, avec ou sans sursis. Il faudra également parler quand même un peu de sport, si l’on peut écrire, et, là, c’est l’hypothèse d’un double forfait (5-0 et 0-5, donc…) avec aucun point attribué qui tient la corde.

> Le Standard risque un, voire plusieurs matches à huis clos

La Pro League a déjà infligé une amende de 50.000 euros au Standard en vertu de l’application de son règlement interne. Cette sanction est toutefois indépendante du verdict éventuel de la Commission des Litiges. Le Standard est sous la menace d’un nouveau match à huis clos puisqu’un sursis courait jusqu’au 1er février 2017. Celui-ci est d’ailleurs tombé suite à l’incroyable décision de la Commission pour un rapport… positif à Malines, même si l’appel du Standard étant suspensif (il sera traité ce vendredi). Mais c’est clairement plusieurs matches à huis clos qui sont l’enjeu de la procédure.

La suite de ce point complet sur l’affaire Charleroi-Standard dans nos éditions de ce mardi 13 décembre ou sur notre nouvelle plateforme digitale.