Les prix des aliments devraient rester élevés et instables

“Les prix élevés et la volatilité sont dus principalement à deux facteurs: la forte diminution des stocks alimentaires et la faible augmentation de la production de la plupart des cultures”, précise le rapport de l’agence onusienne dont le siège est à Rome.

Bien que les perspectives soient encourageantes dans un certain nombre de pays, notamment la Fédération de Russie et l’Ukraine, les conditions météorologiques prévues - peu ou, dans certains cas, trop de pluies - pourraient compromettre les rendements du maïs et du blé en Europe et en Amérique du Nord, met cependant en garde la FAO.

“La situation générale est tendue en ce qui concerne les cultures agricoles et les denrées alimentaires de base. La persistance des niveaux élevés des cours mondiaux représente une menace pour de nombreux pays à faible revenu et à déficit vivrier”, affirme David Hallam, un expert de l’organisation.

Les cours mondiaux des denrées alimentaires, qui avaient progressé en début d’année à des niveaux observés durant la crise alimentaire de 2007-2008, ont accusé un léger recul (-1%) en mai 2011. Au cours du même mois, l’Indice FAO des prix des produits alimentaires s’est établi en moyenne à 232 points, contre 235 points en avril.