L’hôpital universitaire de Gand reconnu coupable d’homicide involontaire d’une fille de 13 ans anorexique: l’infirmière avait confondu trachée et oesophage

L’hôpital a écopé de l’amende maximale, soit 264.000 euros, dont la moitié avec sursis.

Une infirmière, une femme médecin et l’UZ Gent devaient répondre devant le tribunal de la mort de l’adolescente, qui a été étouffée après qu’une sonde avec de l’alimentation eut été placée dans sa trachée au lieu de son oesophage. Cette erreur a été remarquée trop tard et la jeune fille est décédée dix jours plus tard, le 20 mai 2011.

Selon un collège d’experts, la migration de la sonde par la gravité ou des vomissements vers la trachée est «possible hypothétiquement mais peu probable».

Le tribunal a lui estimé que l’infirmière avait placé le dispositif non dans l’estomac mais bien dans le poumon gauche de la patiente. Elle ne sera toutefois condamnée à aucune peine après avoir présenté ses excuses, l’hôpital ayant commis la faute la plus grave. La femme médecin a, elle, été acquittée car il existait un doute quant au lieu originel entre son contrôle défaillant et la mort de l’adolescente.

Seul l’UZ Gent a été reconnu comme fautif. Il porte «une responsabilité écrasante. La jeune fille a trouvé la mort car elle a été traitée d’une façon inacceptable. L’hôpital doit tout faire pour que de tels faits ne puissent plus jamais se répéter», a insisté le tribunal dans son jugement.