10 % des parts du Standard saisies par la justice

Ces parts pourront cependant être acquises par Roland Duchâtelet mais le produit de la vente devra être rétrocédé à la justice. Cette saisie, qui s’inscrit dans le cadre de l’enquête qui a débouché sur l’inculpation de Lucien D’Onofrio.

Lucien D’Onofrio, a été inculpé par courrier après six ans d’enquête pour faux, usage de faux et blanchiment d’argent après avoir été entendu par la justice.

Dans le cadre de l’enquête, quatre immeubles, dont celui qu’il occupe à Liège, ont également été saisis à titre conservatoire.

Les enquêteurs lui reprochent d’avoir perçu, via des sociétés écrans, des commissions occultes versées lors de transferts de joueurs.

L’une de ces sociétés est Alalunga Anstalt, dont le bénéficiaire économique est Lucien D’Onofrio. Cette société était majoritairement propriétaire de la société hollandaise Kick International, qui possédait 10 pc des parts du Standard.

Ce sont ces parts qui ont été saisies. Cette saisie ne devrait cependant pas entraver la revente du club à Roland Duchâtelet, la justice étant prête à accepter leur contrepartie en valeur à titre conservatoire.