Une sous-filiale de Publifin mélange argent public et privé: Moreau et Nethys investissent aussi au Congo

C’est donc promis-juré : dans les 30 jours, le gouvernement Magnette fera toute la clarté sur les intercommunales wallonnes. Mais aussi – surtout – sur ces filiales qui, bien que financées par de l’argent public, ont parfois pris une forme privée pour échapper aux règles légales, notamment en matière de rémunérations. Le cas type est bien entendu celui de la SA Nethys, dirigée par Stéphane Moreau et créée grâce à des fonds de l’intercommunale liégeoise Publifin (ex-Tecteo).

On connaissait déjà le lourd questionnement sur l’investissement de cette même SA Nethys dans divers organes de presse écrite. C’est le cas de l’Avenir en Belgique, et plus encore de Nice-Matin et de La Provence de Bernard Tapie, en France. Avec une interrogation assez simple : est-il acceptable que de l’argent des communes membres de Publifin serve à financer des projets privés, au lieu de leur être redistribué via des dividendes et bénéficier ainsi à leurs citoyens ?

La même question ne manquera sans doute pas de se poser sur au moins un autre investissement bien moins connu de Nethys. Il se fait cette fois… dans la région du Nord-Kivu. Eh oui, au Congo ! Particularité : Stéphane Moreau y intervient sur deux plans. Et il peut aussi amener à s’interroger sur deux conflits d’intérêts potentiels.

> Retrouvez notre exclusivité dans nos éditions digitales.