1/8 de finale de Wimbledon: la mauvaise opération pour Rafael Nadal

“Ce n’est pas le genre d’adversaire qu’on veut rencontrer à ce moment-là”, a reconnu l’Espagnol.

Del Potro a déjà battu Nadal trois fois en huit rencontres. On se souvient surtout du cinglant trois fois 6-2 qu’il lui avait infligé en demi-finale de l’US Open en 2009, en route vers son unique titre du Grand Chelem.

La “tour de Tandil” (1,96 m) possède aussi l’arme que le Majorquin redoute le plus sur gazon, une énorme première balle de service, et a semblé très à l’aise en première semaine, ne perdant qu’un seul set en chemin.

De là à mettre les deux joueurs sur un pied d’égalité, il y a une marge que le Sud-Américain lui-même se garde bien de franchir. “Je ne sais pas si j’ai une petite chance ou pas, en tout cas il sera le grand favori”, a dit le joueur, remonté à la 21e place à l’ATP.

Del Potro souffre de plusieurs handicaps sur gazon, dont le plus lourd est son manque d’expérience de la surface. Son bilan de carrière s’y limite à dix matches gagnés. C’est peu face au double vainqueur de Wimbledon, que seul Federer a réussi à battre au All England Lawn Tennis Club depuis six ans.

Sa grande taille est également un problème pour l’Argentin sur un terrain souvent glissant, où il a parfois du mal à se déplacer. Reconnaissant être “toujours en train d’apprendre sur herbe”, il reste très limité à la volée, une arme toujours utile même si l’herbe moins est fusante que jadis.

Les Williams sont là

Del Potro créerait donc une belle surprise s’il parvenait à renverser le N.1 mondial, qui s’est montré solide faute d’être brillant lors de ses trois premiers matches gagnés en trois sets.

La sensation serait plus grande encore si le Français Michael Llodra, 35e mondial, infligeait sa deuxième défaite de la saison à Novak Djokovic, ou si son compatriote Richard Gasquet désespérait toute la Grande-Bretagne en terrassant Andy Murray.

Mais celui qui partira avec la plus grosse cote sera Mikhail Youzhny face à un Roger Federer impressionnant en première semaine. Le Russe n’a jamais battu le Suisse en dix rencontres. Il ne lui a plus pris un set depuis huit ans.

Les autres huitièmes de finale opposeront l’Américain Mardy Fish à Tomas Berdych, le finaliste sortant, Feliciano Lopez à l’invité-surprise, le Polonais Lukasz Kubot, David Ferrer à Jo-Wilfried Tsonga et le Belge Xavier Malisse à l’espoir australien Bernard Tomic, 18 ans, tombeur au tour précédent de Robin Soderling.

Dans le tournoi féminin, qui a déjà perdu trois de ses six premières têtes de série, Vera Zvonareva (N.2), Li Na (N.3) et Francesca Schiavone (N.6), le principal choc opposera la tenante du titre Serena Williams à Marion Bartoli.

L’Américaine s’est sortie sans trop de problèmes d’une première semaine très périlleuse dans la mesure où elle joue seulement son deuxième tournoi après un arrêt d’un an. La Française, en grande forme avant Wimbledon, a pourtant frôlé l’élimination aux deux tours précédents contre l’Espagnole Lourdes Dominguez et l’Italienne Flavia Pennetta.

Venus Williams retrouvera elle la Bulgare Tsvetana Pironkova, qui l’avait battue l’an passé en quart de finale.