Le décret Robin des bois reste hors-la-loi

Le 8 juin dernier, des écoles libres avaient annoncé qu’elles attaqueraient le décret Robin des Bois en justice. Depuis, le gouvernement de la Communauté française a décidé mi-juin que le décret sera amputé de son volet relatif au personnel mais maintenu sur le volet relatif aux subventions. Soucis: les ponctions financières qui frapperont les écoles dites “ riches ” seront neutralisées par le plan pluriannuel de redressement des subventions et les écoles favorisées recevront donc moins que ce que leur promettaient les accord de la St-Boniface.

Alors que le gouvernement a annoncé que le décret Robin des Bois était purement et simplement annulé “ ce n’est pas le cas. Il est amputé d’une patte. On abroge une partie. Mais le principe reste actif ”, indique un membre du pouvoir organisateur d’une école de Waterloo.

Les écoles libres du Brabant wallon ont donc décidé de maintenir leur projet de saisir la Cour constitutionnelle, au nom de l’égalité de traitement entre élèves. Selon elles on crée ici une discrimination négative, certaines écoles n’ayant pas leur dû, et le système de classement des écoles sur base d’un indice socio-économique manque de transparence.