La ministre Marie-Martine Schyns, deux fois saoule au volant!

Cela lui vaut l’ouverture d’une information judiciaire en très haut lieu, au parquet général de Bruxelles. « Privilège de juridiction oblige », vu qu’elle est ministre…

Le parquet général se contentera-t-il d’une transaction ou demandera-t-il le renvoi de la ministre devant la cour d’appel ? Si tel est son souhait, il devra demander la levée de sa protection (de ministre) au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Mais on n’en est pas (encore) là.

Contactée par nos soins, l’intéressée fait profil bas. «  Ce n’était pas un comportement adéquat. Je regrette et présente mes excuses les plus sincères. Je mérite une sanction, comme n’importe quel citoyen ».

> Une information exclusive à découvrir dans nos nouvelles éditions digitales de La Meuse