Stephane Pauwels: "Ce n'est pas pour l'argent"

RTL lui propose un projet dans lequel il sera maître à bord dit-il. "C’est surtout la garantie de pouvoir faire une émission qui va m’appartenir. D’avoir aussi la main sur sa fabrication. Ils m’ont présenté un projet abouti avec de bons moyens, tant humains que matériels." Et d'ajouter qu'il voulait quitter son rôle de "tireur" fou qu'il lui collait beaucoup trop à la RTBF.

Quand on lui demande si l'argent a eu une queclonque incidence, il répond que son ancien employeur lui a fait une proposition bien supérieure pour le garder. "Mais cette proposition, ils ne l’ont faite que lorsqu’ils ont su que leur concurrent me cherchait".

"Ce qui a vraiment fait la différence, c’est que RTL est arrivé avec une proposition écrite, réfléchie, budgétisée et attrayante tant sur le fond que sur la forme. Ils m’ont proposé un truc perso dans ce qui me tenait à cœur. Ça n’a pas dérangé, ça a même plu, à Freddy Tacheny et Stéphane Rosenblatt, que je ne sois plus dans un rôle de sniper. Je ne serai plus chroniqueur. J’aurai plus de présentation et de consultance. Je ne donnerai pas juste un avis sur joueur ou une équipe."

Dès septembre Stephane Pauwels endossera le statut d’animateur et de co-présentateur. Il animera en radio d’une part, et co-présentera d’autre part. "C’est clairement une promotion de statut qu’ils m’offrent. Ça me parait important de pouvoir m’exprimer dans les domaines que j’apprécie et ne pas me mettre en danger dès que je parle d’Anderlecht."

Pauwels insiste aussi sur le fait qu'il ne débarque pas sur RTL comme une vedette qui piquerait la place de l'un ou l'autre: "Je ne voulais pas non plus qu’ils sentent mon arrivée comme une invasion. Je ne viens pas piquer la vedette. Je viens comme un gars à qui RTL a trouvé un potentiel et profil bien différent de ceux de Thomas (Van Hamme) et Jean-Michel (Zecca)."

A propos des critiques qu'il a émises sur RTL et ses émissions il dit encore que tous ses propos ont été bien déformés et s'en est d'ailleurs expliqué avec les intéressés: "Je n’ai jamais critiqué RTL. Un jour, j’ai répondu à une boutade de Jean-Michel Zecca (supporter du Sporting de Charleroi) qui avait déclaré que si RTL voulait faire une émission pour contrer Studio 1, il prendrait Mogi Bayat. A ça, j’avais répondu aussi en rigolant, vu mon animosité face à Mogi, que s’il voulait faire une émission de merde, ils pouvaient le prendre. Les médias l’ont repris en cœur et l’ont détourné. Le lendemain, j’ai directement appelé Luc Maton pour lui expliquer que ce n’était pas du tout une attaque contre son émission. RTL avait aussi communiqué en disant que Club Mbo était l’arme anti Pauwels. Ces dérapages, c’est le danger."

Il conclut enfin en ajoutant qu'il n'est pas venu sur RTL pour faire de l'anti-RTBF.

Affaire à suivre dès le mois de septembre sur les antennes de RTL.