Basket: c’est la grève en NBA, les joueurs ne veulent pas gagner moins

Nous n’avons pas d’autre choix que de faire ce que nous préconisons ”, a expliqué David Stern. “ Nous avons tenté sans succès de convaincre le syndicat des joueurs, mais celui-ci refuse de diminuer ses revenus. Il faut un retour sur l’investissement consenti. Je suis désolé que nos positions diffèrent tant, nous avons une énorme divergence philosophique ”, a-t-il ajouté.

Les propriétaires affirment que 22 des 30 clubs de NBA perdent de l’argent, et les joueurs refusent une réduction de leurs revenus.

Faute d’accord, les propriétaires ont donc décidé d’interdire aux joueurs l’accès à leurs installations sportives et le contact avec leurs entraîneurs, et les contraindre à prendre en charge leur police d’assurance-santé.

Pour assainir une situation financière dans le rouge, 300 millions de dollars (environ 208 millions d’euros) de pertes pour la saison, la NBA veut notamment un plafond salarial fixe et des contrats non garantis et à durée plus brève.

Ce lock-out est le premier arrêt de travail en NBA depuis la saison 1998-1999, à l’époque amputée de 32 matches (sur 82).