Le professeur Philippe Boxho (ULg) a autopsié le suaire de Turin: «Si ce n’est pas Jésus, c’est un homme mort de la même manière que lui»

En tant qu’athée complet, Philippe Boxho ne croit pas que Jésus soit le fils de Dieu. Mais il est persuadé en revanche qu’il s’agit bien d’un personnage historique, dont les détails de la vie ont été relatés par de nombreuses sources.

En tant que scientifique maintenant, il s’est passionné depuis plusieurs années par l’histoire du linceul de Turin, ce drap de lin de 4 mètres sur un, et vénéré par l’Église comme étant celui qui a entouré le corps du Christ dans son tombeau.

L’image floue de son corps et de ses blessures, de face et de dos, y est restée imprimée via la sueur et le sang. Il a été photographié sous toutes ses coutures et a déjà fait l’objet de nombreuses analyses. « Si ce n’est pas Jésus, c’est un homme mort de la même manière que lui », explique-t-il.

> S’il s’agit de Jésus, son ADN prouverait qu’il a un père

> La datation au 12e siècle pose problème

> L’expert nous explique le fruit de travail sur le suaire dans notre édition digitale La Meuse Liège