L’Exécutif des musulmans opposé à l’étourdissement de l’animal avant l’abattage rituel

Mercredi, la séance plénière du parlement wallon a pris en considération une proposition de décret modifiée par M. Arens et signée par Christine Defraigne, Edmund Stoffels (PS) et Véronique Waroux (cdH). Cette association de députés des trois grands partis cache pourtant encore des divergences au sein de certains d’entre eux, le PS en particulier.

La proposition prévoit, dès le 1er juin 2018, d’interdire l’abattage sans étourdissement. Lorsque la mise à mort entre dans le cadre d’un rite religieux, le procédé d’étourdissement devra être réversible (il ne pourra entraîner la mort de l’animal). Recours sera fait à l’étourdissement par électronarcose pour les ovins et les caprins. Pour les bovins en revanche, la méthode n’étant pas encore au point, une période transitoire est envisagée jusqu’au 31 décembre 2020, durant laquelle les bovins devront être étourdis sans délai après l’égorgement ("post cut stunnning").

Ce texte n’ayant pas encore été traité en conférence des présidents, il ne devrait pas être mis au vote dès ce jeudi.