Deux Irakiens d’Eupen condamnés à 4 ans de prison pour l’agression d’une jeune femme

Les faits reprochés aux deux prévenus s’étaient déroulés la nuit du 7 au 8 octobre 2016 à Herstal. Une jeune femme qui était en pleurs dans la rue après s’être disputée avec son compagnon avait été agressée par les prévenus qui lui avaient indiqué qu’elle n’avait pas à se promener en rue sans être voilée.

Un des prévenus avait volé le sac de la jeune femme et l’avait embarquée de force dans le véhicule. Emmenée vers un parking, la jeune femme avait subi un attentat à la pudeur et avait été menacée de viol.

Les prévenus avaient encore proféré différentes menaces à l’égard de la victime. Ils avaient affirmé que, selon les règles appliquées dans leur pays d’origine, la jeune femme n’avait pas le droit de se promener seule en rue sans être voilée. Un des prévenus avait affirmé que la cause des viols commis en Belgique est la tenue vestimentaire adoptée par les femmes.

L’enquête avait démontré que les deux prévenus étaient des réfugiés irakiens installés à Eupen. Le soir des faits, ils avaient fréquenté le casino de Spa. L’un d’eux était sous influence de l’alcool.

Le tribunal a notamment tenu compte du mépris caractérisé manifesté par les prévenus à l’égard de la gent féminine «vivant à l’occidentale» avant de les condamner à deux peines de 4 ans de prison. Après l’énoncé de ce jugement, l’un des prévenus a tenu des propos menaçant à l’égard de la juge. «Je ne suis qu’un numéro sur la terre. Je peux être condamné à 100 ans, cela ne changera rien sur moi», a-t-il crié. Ces propos ont été actés sur un PV transmis immédiatement au parquet.