La divine Monica Bellucci en maîtresse de la cérémonie d’ouverture à Cannes: «L'identité du cinéma n'a ni sexe, ni drapeau, ni frontière»

Pour sa première montée des marches, le plateau était très glamour avec Jessica Chastain, membre du jury, Sandrine Kiberlain et Uma Thurman, présidentes des jurys respectivement de la Caméra d’or et de la sélection Un Certain Regard. Puis Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg, actrices du film d’ouverture, « Les fantômes d’Ismaël » d’Arnaud Desplechin.

A l’applaudimètres, ce sont toutefois Jessica Chastain et Will Smith les rois des autographes et du public.

Dans la salle du Grand Théâtre Lumière, en prélude à l’ouverture du Festival, Louane, la chanteuse et actrice (« La famille Bélier »), interprète, en duo avec Benjamin Biolay, la chanson « Sur l’écran noir de mes nuits blanches » de Claude Nougaro, en hommage au pouvoir du 7è art, accompagnés d’une danseuse.

« Je vais y dévouer mon âme »

Puis apparaît la maîtresse de cérémonie, Monica Bellucci. Dans une sublime robe bleue au drapé savamment transparent, elle rappelle que le Festival fête ses 70 ans et «comme les femmes, il gagne avec l'âge de l'assurance et la maturité de la création artistique». «Le langage du cinéma n'appartient à aucun territoire, comme la musique et les mathématiques. Le septième art sublime la vie. L'identité du cinéma n'a ni sexe, ni drapeau, ni frontière».

«Bonne lumière à vous tous» lance alors l'actrice qui rappelle que Pedro Almodovar, le président du jury, figure au rang de ces cinéastes qui mettent en valeur leurs actrices.

Après que soit projeté sur l’écran un montage de ses films, c’est une salle debout qui accueille sur scène Pedro Almodovar : « Quand je regarde un film qui me passionne, il m'appartient et inspire mes films», souligne le cinéaste espagnol, «ces 19 films vont me nourrir». «Je n'ai jamais été président mais je m'engage à faire de mon mieux. Je vais y dévouer mon âme et mon coeur et dieu merci, j'ai l'aide de huit personnes merveilleuses».

Danse voluptueuse

Puis, sur le thème d’une chanson chère au cinéma de Pedro Almodovar, la divine Monica Bellucci, toute en beauté et en fougue, entame une danse très sensuelle avec Alex Lutz (comédien, humoriste et auteur de théâtre français) pour finir par l’embrasser voluptueusement.

Enfin, la jeune comédienne franco-américaine Lily-Rose Depp et le réalisateur iranien Asghar Farhadi (« Une séparation », « Le passé », « Le client ») ont prononcé le fameux « Nous déclarons ouverte la 70è édition du Festival de Cannes ».

A présent, les festivaliers peuvent découvrir le film d’ouverture, hors compétition, « Les fantômes d’Ismaël » d’Arnaud Desplechin, avec, entre autres Mathieu Amalric, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg, l’histoire d’une homme et… deux femmes dont l’une, son épouse légitime qui réapparaît après vingt-et-un ans d’absence.