Des restes de dromadaires de l’époque romaine à Tongres

«Les éléments du crâne, notamment de la mâchoire supérieure, ont été mis au jour dans un fossé qui traversait un mur de l’époque romaine (IIIe siècle)», a précisé l’experte. Un laboratoire de l’université de Vienne va encore effectuer une analyse ADN et des échantillons vont être envoyés pour une datation au carbone 14 à l’Institut royal du patrimoine à Bruxelles.

«Les restes de camélidés sont très rares dans l’Empire romain d’Occident», a expliqué Peter Cosyns, chercheur à la VUB spécialisé dans l’archéologie romaine et ancien archéologue communal à Tongres. «Ils étaient le plus souvent retrouvés le long de routes commerciales très empruntées, ce qui laisse croire que ces animaux étaient utilisés pour le transport. Dans la littérature, on retrouve par ailleurs des éléments établissant un usage militaire de ces bêtes. Dans le cas du dromadaire de Tongres, il a probablement été utilisé pour le transport sur la voie commerçante entre Cologne et Boulogne-sur-Mer ou entre Nimègue et Metz.»

Il s’agit de la deuxième découverte d’un dromadaire ou chameau de l’époque romaine sur le territoire belge. En 2007, des fragments avaient été découverts à Arlon, probablement aussi sur un important axe commercial.