Philippe Gilbert: "La dernière bosse était plus longue que prévu"

"J'ai vu derrière moi un peloton réduit, avec peu d'équipiers disponibles mais tout de même encore plusieurs coureurs de l'équipe HTC. Il fallait donc attaquer. J'aurais peut-être pu gagner si la dernière bosse, située à 5 kilomètres de l'arrivée, n'avait pas été plus longue qu'indiqué dans le road-book. On pensait qu'elle faisait 350 mètres alors qu'elle en faisait en réalité entre 700 et 800. C'était trop long et trop dur à ce moment", a ajouté Gilbert. "Mais la voie était tracée pour un succès d'André Greipel. Que Rojas et Cavendish se rapprochent au classement du maillot vert n'est pas un drame. Je pense toujours que je peux le ramener à Paris. On verra au jour le jour comment ça se passe", a déclaré le champion de Belgique. Dries Devenyns s'est déjà montré à plusieurs reprises durant ce Tour de France et il a encore animé la finale mardi.

"Tony Martin était l'élément perturbateur dans notre groupe d'échappés", a expliqué le coureur de l'équipe Quick Step. "Cest pourquoi j'ai attaqué. J'espérais recevoir la compagnie de Gilbert, mais il est revenu avec les autres avant de partir seul. Mais j'essayerai encore", a-t-il conclu