Faux OVNI: une seule photo truquée ne signifie pas que toutes l’aient été

Selon lui, qu’une photo ait été déclarée fausse ne signifie pas ne doit pas entacher le reste des témoignages récoltés à l’époque. Voici le texte qu’il nous a fait parvenir.

“Gardons la tête froide svp!

Tout d’abord, cette photo n’est pas la seule de la vague belge, contrairement à ce que prétend RTL. Les autres sont certes bien moins spectaculaires. Cela nous conforte dans l’idée qu’il n’est pas aisé de détecter un faux photographique quand il est correctement réalisé. Les conditions d’obtention de la photo étaient assez particulières et la Sobeps avait bien relevé la problématique.

Si cette photo est réellement un faux, cela ne jette de toute façon pas le discrédit sur la vague belge qui demeure inexpliquée plus de vingt ans après les faits. Car on disposait déjà de nombreux témoignages avant que ne soit publiée ladite photo.

Enfin, il conviendrait maintenant que ce Monsieur puisse montrer en détail la façon dont il a procédé, afin d’être sûr à 100% qu’il ne trompe pas l’opinion publique.

Eddy Louchez”

Patrick Ferryn, président du Comité Belge d’Etude des Phénomènes Spatiaux (COBEPS), considère que le faux cliché de l’OVNI de Petit-Rechain (Verviers), pris en avril 1990, ne remet nullement en question la vague belge des objets volants non identifiés aperçus dans le ciel belge à partir de novembre 1989 et ce durant plusieurs mois.

La photo de l’OVNI de Petit-rechain était le résultat d’une supercherie, a avoué son auteur.

Le président de la COBEPS souligne que cet aveu résout définitivement cette affaire sur laquelle s’étaient penchés plusieurs spécialistes dont un professeur de l’Ecole Royale Militaire.

Patrick Ferryn avait lui-même tenté de démontrer, sans y parvenir, que cette photo était un trucage.

M. Ferryn explique que le cliché, sur un fond sombre, qui lui avait été soumis, ne faisait référence à aucune dimension, aucun éloignement, aucun avant ou arrière-plan et qu’il était très difficile d’établir quoi que ce soit.

Le 29 novembre 1989, quatorze gendarmes de la région eupenoise avaient observé un phénomène étrange dans le ciel, parlant d’OVNI et 150 témoignages étaient venus corroborés leurs dires.

Les mois qui ont suivi, d’autres phénomènes du même type seront observés en région liégeoise, dans le Brabant Wallon, à Bruxelles, dans la région de la Louvière. C’est le sud du Pays sera essentiellement touché par cette vague d’OVNI.