Breivik, l’auteur du carnage en Norvège, exige l’abdication du roi et d'être nommé à la tête de l’armée

Outre la démission entre autres du Premier ministre Jens Stoltenberg et l’abdication de Harald V, l’extrémiste norvégien de 32 ans a réclamé d’être nommé à la tête de l’armée lors de son deuxième interrogatoire vendredi, a indiqué la chaîne de TV NRK samedi soir.

Même si la police a refusé ses exigences, l’auteur du carnage qui a fait 77 morts à Oslo et sur l’île d’Utoeya a finalement coopéré lors de l’interrogatoire de dix heures.

Samedi, dans un entretien à l’AFP, le chef de l’enquête judiciaire Paal-Fredrik Hjort Kraby a dit que Behring Breivik s’est montré “ très disposé ” à répondre aux questions de la police, à l’exception d’un domaine: les autres “ cellules ” de son organisation dont il avait auparavant évoqué l’existence.

En détention provisoire dans une prison de haute sécurité pour une période renouvelable de huit semaines, Behring Breivik doit faire l’objet d’examens psychiatriques pour déterminer s’il est pénalement responsable, l’expertise de deux médecins norvégiens devant être rendue d’ici à novembre.

Son avocat avait affirmé la semaine dernière que son client était probablement dément, mais jugeait qu’il était trop tôt pour dire si cela serait sa ligne de défense.