Italie: un maire interdit la vente de sandwiches et autres kebabs

Le maire de Cittadella, près de Padoue, a décidé qu’à partir de vendredi il ne serait plus possible d’ouvrir des établissements vendant des sandwiches et kebabs à emporter dans le centre historique, notamment en raison de l’odeur dégagée par ces produits.

Ces “activités artisanales ne conviennent pas à l’urbanisme de notre centre historique (à cause de leur) typologie de consommation, leurs odeurs...”, a expliqué Massimo Bitocci, qui est aussi député de la Ligue du Nord, le parti anti-immigrés allié de Silvio Berlusconi.

“Cette nourriture ne fait certainement pas partie de nos traditions et de notre identité. Si quelqu’un veut manger du kebab, qu’il le fasse chez lui ou hors du centre historique de Cittadella”, ajoute-t-il, avant de trancher définitivement: “Ils ne font pas partie de notre tradition”.

Il présente aussi sa réglementation comme une réglementation “de nature urbanistique”, justifiée par le fait que selon lui ces activités “ne respectent pas les normes hygiéniques et sanitaires”.

“Interdire les kebabs à Cittadella, c’est comme interdire les pizzas à Paris ou à New York”, s’est insurgé Abdallah Khezraji, l’un des représentants de la communauté.

“La Vénétie change et avec 600.000 immigrants, le maire de Cittadella ne peut interdire ce que les gens aiment”, a-t-il ajouté.

, a déclaré à ce propos le maire de la ville, Massimo Bitonci, qui est membre de la Ligue du Nord.

Le maire a également évoqué des raisons sanitaires, les kebabs restant, d’après lui, longtemps à l’air libre après avoir été cuits.

Ce n’est pas la première fois que le maire de Cittadella, coutumier des déclarations à l’emporte-pièce, fait parler de lui.

En 2009, il avait fait scandale avec des mesures contre les mendiants, les vendeurs ambulants et le stationnement des caravanes, pour éviter la formation de camps de nomades. Il avait aussi proposé des travaux d’utilité publique “forcés” pour les mineurs de moins de 16 ans consommant de l’alcool.