Comines : quand les ailes du moulin parlaient...

Héritage de la féodalité, les moulins à vent, autrefois très nombreux dans nos campagnes, constituaient aussi, en certaines circonstances particulières, un étonnant moyen de communication!

André De Campenaere, meunier à Comines: “ Il faut d’abord bien préciser que les ailes d’un moulin tournent dans le sens des aiguilles d’une montre... à condition de bien les regarder. En effet, le côté escalier est la façade du moulin et le côté ailes l’arrière. Pendant la guerre 14-18, les moulins situés à 20 ou 30 km maximum l’un de l’autre, servaient de relais pour transmettre des informations au sujet de l’ennemi.

Ainsi, de moulin en moulin, entre Comines et Dixmude par exemple, on pouvait transmettre l’annonce d’un danger imminent (une attaque de l’envahisseur) en 20 minutes. Comment? Si l’aile supérieure était un peu penchée à gauche (une aile venante), cela signifiait “ danger imminent ”.

Si l’aile d’en haut penchait à droite (une aile tombante), cela voulait dire “ danger écarté ”. Mais c’est aussi pour cela qu’en 14-18, certains meuniers ont été... fusillés! ”

de bonnes nouvelles

Autres codes d’un moulin, en période de paix cette fois: les ailes venantes signifient qu’il y a de bonnes nouvelles chez le meunier et sa famille (une naissance, ou un mariage par exemple).

Et si les ailes sont tombantes, cela évoque plutôt une mauvaise nouvelle: un deuil, une maladie, etc.

Enfin, au niveau purement professionnel, si un moulin a ses ailes bien droites - en forme de + - cela signifie que des travaux techniques plutôt brefs, sont en cours au moulin. Par contre, si le moulin présente ses ailes en croix de Saint-André - en forme de x - c’est que le moulin ne fonctionnera plus pendant un certain temps. Quand par exemple, il faut remplacer les meules. Dès lors, quand des visiteurs graviront les marches de l’escalier du moulin Soete, et qu’ils auront appris à quoi pouvait aussi servir un moulin en cas de guerre, ils ne verront plus ce type de géant ailé, tout à fait de la même manière.

yves leterme