L’horrible témoignage du Pukkelpop: “Des gens mouraient, d’autres pillaient dans les tentes ”

“ Avec mes potes, nous nous étions abrités sous une structure métallique quand il a commencé à pleuvoir ”, raconte Pierre. Puis ce sont carrément des énormes grêlons qui sont tombés, de la taille d’un glaçon. Ça venait jusqu’au milieu du chapiteau. Il y avait aussi des branches qui volaient partout . Toute la structure balançait, c’était vraiment la panique totale. Certains ont commencé à faire des crises d’épilepsie en plein milieu de la foule. Tout le monde criait et courait dans tous les sens. ”

Pierre et ses copains étaient sous le choc et avaient du mal à croire ce qu’ils voyaient. “ Il y avait des débris partout. Des scènes écroulées, des arbres sur le sol. Et on voyait qu’il y avait des gens en dessous qui ne bougeaient plus. ”

Lui et ses amis décident donc de retourner au camping du festival pour reprendre tous leurs affaires et rentrer chez eux. Et encore une fois, stupeur. “ On voyait des gens qui piquaient des trucs dans les tentes. C’était hallucinant. Ils profitaient de la situation de désordre, c’est vraiment désolant! ”

La police n'a pas encore reçu de plainte

Le chef de la zone de police Michel Beckers a précisé qu'il n'avait pas encore reçu de plaintes. Après le violent orage, le camping s'est transformé en vaste champ de boue déserté par les festivaliers.

"Des gens nous ont signalé des pertes de GSM ou d'autres objets mais il n'est pas encore établi s'ils ont été volés", a précisé M. Beckers. Les campeurs peuvent récupérer leurs biens depuis 08H00 ce samedi.

A partir de lundi, les gens pourront identifier leurs objets auprès du service des objets perdus de la zone de police Hazodi. Une liste d'objets sera publiée sur le site de la police locale 'www.hazodi.be

 

* Tous les témoignages dans les journaux Sud Presse de ce samedi.