10e veillée de l'Yser: appel plus clair que jamais à un front nationaliste flamand

Aucune personnalité de la N-VA ne participait à l'événement, organisé sur l'esplanade s'étendant au pied du monument Van Raemdonck, malgré l'appel lancé par le président de l'association IJzerwake Wim De Wit à l'union entre partis nationalistes flamands.

Pour le président, le temps est venu de quitter le cadre de référence belge. Le drame pour la Flandre, c'est que des politiciens flamands sont à nouveau prêts à soumettre les intérêts de leur peuple à ceux de la bourgeoisie belge francophone, a-t-il dit, faisant visiblement allusion au CD&V. 

L'invité d'honneur, Johan Sanctorum, philosophe et membre du groupe de réflexion Res Publica, n'a pas manqué de plaider pour la formation d'une majorité flamande radicale. Il s'en est aussi pris au monde intellectuel flamand, parlant de ceux qui plaident la solidarité "mais ne sont en réalité que des petits-bourgeois peureux craignant le changement et se cramponnant à un Ancien Régime qui s'appuie sur le surréalisme pour justifier ses anomalies".