Chirac n’a plus la mémoire, son état s’est dégradé selon son gendre

Dans la matinée, les avocats de Jacques Chirac ont annoncé que l’ancien président n’avait “plus l’entière capacité de participer au déroulement des audiences” et qu’il avait demandé au tribunal que ses conseils le représentent à son procès.

“Son état de santé s’est dégradé depuis quelques mois, c’est vrai, et dans ces conditions, sa présence au procès ne peut pas avoir lieu dans des conditions humaines et de dignité”, a dit l’époux de la fille de Jacques Chirac, Claude, expliquant que l’ancien président n’avait “plus la mémoire pour cela”.

“C’est très douloureux pour sa famille”, a-t-il poursuivi.

Il a fait valoir que “n’importe quel justiciable aurait pu demander que le débat s’arrête”, mais, a-t-il dit, “Jacques Chirac ne le veut en aucun cas”.

“De toutes ses forces, il souhaite que le procès aille à son terme, car pour lui, il a une dimension symbolique et politique majeure”.

“Si le procès s’arrêtait, les Français penseraient qu’il y a deux justices, l’une pour les puissants, l’autre pour les faibles. Et cela, Jacques Chirac ne le veut à aucun prix. Il accepte en définitive de ne pas être un justiciable comme les autres. Comme homme d’Etat, ancien chef de l’Etat, il considère devoir accepter plus d’exigences que d’autres”.