La Belgique à nouveau candidate à un siège au Conseil des droits de l’homme

La Belgique exerce déjà actuellement un mandat de trois ans (2009-2012) dans cette instance des Nations Unies, qui a pour mission de passer en revue la situation des droits fondamentaux dans tous les États membres. Elle ambitionne d’y siéger à nouveau pendant la période 2015-2018.

M. Vanackere a présenté la candidature belge en guise de conclusion à son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU, dans lequel il a notamment défendu le droit d’intervenir dans les pays où les droits de l’homme sont violés.

La Belgique ne restera pas un observateur passif quand des peuples réclameront un avenir libre de la contrainte et de la terreur. À la non-ingérence, la Belgique préfère la non-indifférence. La souveraineté n’est plus un mur derrière lequel les dirigeants peuvent se réfugier pour violer les droits de leurs citoyens. La souveraineté ne peut pas être utilisée comme une excuse pour fuir la responsabilité de protéger leurs peuples ”, a déclaré le ministre.

Avec sa candidature au Conseil des droits de l’homme, la Belgique veut “ transformer le principe de non-indifférence en une réalité ”, a-t-il dit.

Le Conseil des droits de l’homme a succédé en 2006 à la commission des droits de l’homme. L’une de ses premières responsabilités est d’émettre un Examen périodique universel évaluant la situation des droits humains dans tous les pays.

Ses membres sont 47 États élus par l’Assemblée générale à la majorité absolue pour une période de trois ans. Le Conseil est renouvelable par tiers tous les ans.

La Belgique est par ailleurs candidate à un siège au Conseil de sécurité en 2019-2020, après y avoir siégé en 2007-2008.