Ils veulent faire interdire “ Tintin au Congo ” pour racisme

Ils ont réclamé au motif que “ Cette bande dessinée doit au moins être encadrée, relativisée, parce qu’elle véhicule des images négatives ”, a plaidé Me Ahmed L’Hedim, conseil des demandeurs. “ Nous sommes bien conscients que la liberté d’expression doit être respectée mais il existe aussi des limites à celle-ci ”.

L’avocat a argumenté que la Cour européenne des droits de l’Homme avait admis, dans un arrêt, qu’une fiction pouvait effectivement être sujette à des restrictions en matière de liberté d’expression.

Le Cran et Bienvenu Mbutu Mondondo demandent au tribunal, à titre principal, la suppression de la BD “ Tintin au Congo ”. Ils estiment qu’au regard de la loi Moureaux du 30 juillet 1981, tendant à réprimer certains actes inspirés par le racisme ou la xénophobie, la BD est “ raciste ”.

A titre secondaire, ils réclament qu’un bandeau d’avertissement et qu’une préface soient apposés mettant en garde les lecteurs du caractère discriminant de l’œuvre, notamment en rappelant le contexte dans lequel Hergé l’avait réalisée. Mais aussi, cette BD devrait être déplacée des rayons enfants des librairies vers les rayons adultes, selon eux.

Il est clair que les stéréotypes figurant dans ce livre lu par un nombre considérable d’enfants ont encore des conséquences sur leurs comportements à l’heure actuelle. Le racisme trouve toujours son ancrage dans ce genre de stéréotypes ”, a plaidé Me Alain Amici, également conseil des demandeurs.

Hergé l’avait dit lui-même: Tintin au Congo, c’est un péché de jeunesse. Si c’était à refaire, je le referais certes autrement ”, a poursuivi l’avocat.

Les défendeurs, la SA Moulinsart et les éditions Casterman plaideront, à leur tour, le 14 octobre prochain.