Viol dans le métro à Anderlecht: l'adolescente a tout inventé

Le porte-parole du parquet a indiqué, ce jeudi matin, que l'adolescente avait inventé l'histoire du viol dans le métro.  Sa plainte, déposée mardi, avait été prise au sréieux tant elle montrait de l'émotion et décrivait les faits et les auteurs avec beaucoup de détails.

Mais les enquêteurs ont eu des doutes dès l'instant où ils se sont aperçus que l'adolescente et les 4 auteurs présumés n'étaient pas visibles sur les caméras de surveillance.

En fait, la jeune fille en avait parlé dès mercredi à son éducatrice: elle lui a avoué avoir tout inventé. L'éducatrice a répété la conversation à la police qui a ainsi eu ses doutes confirmés.

On ne sait pas trop ce qui a motivé ce gros mensonge. Il a notamment été question d'une déception amoureuse, d'un epur à cause d'un retard ou d'un manque d'attention. L'adolescente a déclaré qu'elle n'imaginait pas que l'affaire prendrait une telle ampleur.