Huy: Antizan Asani pourrait bénéficier d’une peine légère

Pour rappel, lLe 2 mai 2006 à Huy, à proximité du parc des Récollets, Antizan Asani avait fait feu à deux reprises et avait tué Sedat Ibrahimi. Durant tout le procès, c’est surtout le contexte des faits qui a été décrit. Et là, pas de doute ! Ce contexte joue largement en sa faveur. Antizan Asani n’a jamais varié dans les grandes lignes de ses déclarations. Il a toujours exposé qu’il avait croisé fortuitement Sedat Ibrahimi le jour des faits, que son adversaire l’avait poursuivi et rattrapé dans la rue et qu’il l’avait agressé en passant ses mains à travers de la fenêtre de son véhicule.

Est-ce suffisant pour justifier l’excuse de provocation ? Pas aux yeux des avocats de la famille de la victime qui prétendent que l’accusé a exécuté la victime. Mais il leur sera bien difficile d’écarter l’image de la victime qui a déclenché la scène fatale en poursuivant de manière agressive la voiture conduite par Antizan Asani. On sait déjà que l’avocat général Laurence Maudoux va requérir un meurtre avec excuse de provocation, conformément à ce que l’enquête a démontré. Dans ce cas, l’accusé risquerait un maximum de 5 années de prison. La défense d’Antizan Asani pourrait pour sa part évoquer la légitime défense et un acquittement.