La fête du sacrifice aura lieu le 6 novembre

L’Aïd al Kebir (la grande fête) ou l’Aïd al Adha (la fête du sacrifice) est célébrée chaque année par la communauté musulmane dans le monde entier.

Les musulmans sacrifient un bovin ou un ovin, généralement un mouton, pour se rappeler que le prophète Abraham était prêt à sacrifier son fils Ismaël par amour pour Dieu. Un ange lui a alors amené un mouton pour le sacrifier à la place de son fils.

La date de la fête change chaque année car l’Islam se base sur un calendrier lunaire, qui compte 11 jours de moins que le calendrier grégorien. La fête du sacrifice a lieu environ deux mois et dix jours après la fin du mois du ramadan.

Cet événement majeur pour les musulmans coïncide également avec la clôture des cérémonies du pèlerinage à la Mecque, que les musulmans qui en ont les capacités doivent effectuer au moins une fois dans leur vie.

Le sacrifice n’est pas une obligation, mais une tradition islamique. La fête du sacrifice revêt, outre le caractère religieux, une importance sociale et culturelle pour les musulmans. C’est en effet une occasion de retrouvailles familiales et de partage. Une partie de l’animal sacrifié ou une somme d’argent sont offerts aux plus démunis.

L’abattage à domicile et l’abandon des déchets sur la voie publique sont interdits.

Plusieurs sites d’abattage seront prévus pour permettre le sacrifice. La liste complète des sites d’abattage et leur adresse sera disponible sur le site de l’Agence fédérale pour la sécurité alimentaire jeudi prochain.