Les forces spéciales d’intervention défoncent la porte d’une octogénaire par erreur

Selon La Provence qui a révélé cette méprise samedi, l’octogénaire a été “ extrêmement choquée ” par l’irruption “ d’hommes cagoulés ” dans son salon après qu’ils ont fait exploser sa porte, d’abord le 25 octobre, puis le 10 novembre.

Le directeur adjoint de la police judiciaire de Marseille a indiqué que l’opération du 25 octobre visait à interpeller un dangereux délinquant qui avait fait usage de son arme contre des policiers durant sa fuite.

L’homme recherché était l’un des quatre braqueurs d’un casse avorté, fin septembre, d’une bijouterie près de Toulon.

Selon la même source, un autre individu soupçonné d’avoir participé à ce braquage avait déjà été arrêté, quand les enquêteurs de la PJ de Toulon ont retrouvé sa trace au domicile d’une de ses compagnes à la résidence Consolat à Marseille.

Lors de l’opération du 25 octobre, par méprise, les policiers ont défoncé la porte de l’octogénaire, voisine de la compagne du malfaiteur.

Ayant loupé cette première interpellation, ils ont monté une deuxième opération le 10 novembre.

Ils ont à nouveau défoncé la porte de la vieille dame alors que le malfaiteur tentait de fuir par les balcons. L’homme a été interpellé, mis en examen vendredi pour vol avec arme, agression sur des fonctionnaires, menaces avec armes et séquestration, puis placé sous écrou.