Une soixantaine d’emplois menacés chez Brussels Airlines

Une soixantaine d’emplois pourrait disparaître chez Brussels Airlines, a indiqué lundi un délégué SETCa à l’issue d’un conseil d’entreprise extraordinaire. La direction, qui doit encore donner une conférence de presse plus tard dans la journée sur son plan stratégique 2012-2013, veut éviter tout licenciement sec. Les syndicats attendent les suites de la concertation sociale avant d’éventuellement passer à l’action.

Afin de retrouver une situation rentable en 2014, la direction a annoncé lundi plusieurs mesures d’économies. Les pilotes en seraient les premières victimes. La flotte devrait en effet être réduite dès 2012 de 11 avions court-courriers. Dans le même temps, quatre appareils long-courriers sont annoncés, selon le délégué SETCa Olivier Van Camp. “ Il y aurait donc entre 40 et 50 pilotes de trop ”, explique-t-il.

Selon lui, la direction entend éviter tout licenciement sec pour privilégier notamment le temps partiel, le reclassement et le départ anticipé. “ Je crains toutefois que cela ne soit pas suffisant ”, commente le syndicaliste.

L’entretien des avions est également visé. Quarante-cinq emplois seraient menacés pour cette activité. Mais la plupart, 40, selon le délégué, sont des contractants d’entrepreneurs étrangers. “ Cinq postes environ disparaîtraient donc chez Sabena Technics ”.

Dans les autres services, huit emplois passeraient à la trappe. Les négociations avec les parties concernées vont démarrer dans les prochains jours. Les syndicats de Brussels Airlines ont déposé un préavis de grève, mais ne comptent pas l’activer prochainement. “ Nous devons laisser une chance au dialogue social ”, poursuit M. Van Camp.

Le syndicat libéral est lui satisfait qu’aucun licenciement sec n’intervienne, mais s’inquiète sérieusement de la flexibilité supplémentaire requise.