Rubygate: Clooney et Cristiano Ronaldo, témoins en défense de Berlusconi

Au total, la Cour a accepté 78 témoins pour la défense du magnat milliardaire et 136 témoins pour l’accusation, dont 32 jeunes femmes qui auraient participé à des fêtes osées dans les résidences du Cavaliere. Pendant le procès, elle peut toutefois décider selon l’avancée des débats qu’il n’est pas nécessaire de les convoquer tous.

George Clooney et sa compagne de l'époque, l'actrice italienne Elisabetta Canalis, seront appelés à certifier que les dîners de M. Berlusconi n'étaient pas les parties de débauche décrites dans des conversations téléphoniques par plusieurs jeunes filles y ayant participé.

Dans un des interrogatoires de l'été 2010 au parquet de Milan, la jeune Ruby avait affirmé avoir vu Clooney et Canalis lors d'une soirée à la résidence de M. Berlusconi à Arcore, près de Milan (nord). L'attaquant vedette du Real Madrid a aussi été cité par la défense pour mettre en doute la fiabilité de Ruby puisqu'elle a affirmé avoir passé une nuit et reçu 4.000 euros de l'as du ballon rond, rencontré en discothèque à Milan, ce que Ronaldo nie catégoriquement. Quand son nom avait été évoqué en mars dernier sur la liste présentée par la défense, George Clooney avait diffusé un communiqué lapidaire pour réfuter avoir participé en même temps que Ruby à une soirée à Arcore.

"Cela me paraît étrange car je n'ai rencontré Silvio Berlusconi qu'une seule fois, et c'était pour essayer d'obtenir de l'aide pour le Darfour", avait affirmé l'acteur de "Ocean's Eleven" via son agent. La liste de la défense contient aussi les noms de nombreux ex-ministres du gouvernement Berlusconi, tous des fidèles appartenant à son parti Peuple de la Liberté, dont l'ex-chef de la diplomatie Franco Frattini.

Les avocats de M. Berlusconi veulent aussi faire entendre les témoignages d'une série de starlettes comme l'Argentine Belen Rodriguez ou le chanteur napolitain Mariano Apicella, qui a participé à de nombreuses soirées et a récemment sorti un disque avec des chansons composées avec son ami Silvio Berlusconi. La défense veut attester qu'il ne s'agissait que de dîners tout à fait corrects, alors que le parquet de Milan estime, sur la base de nombreux témoignages et écoutes téléphoniques, qu'il s'agissait de soirées pendant lesquelles les jeunes femmes se prostituaient avec le Cavaliere.